Les locaux du CAMP sont temporairement fermés, mais notre équipe se mobilise toujours pour soutenir les entrepreneurs et les diriger vers les ressources adéquates. N’hésitez pas à faire appel à nous !

Découvrez les ressources disponibles

Quand les robots débarquent dans nos champs

28 septembre 2021

Quand les robots débarquent…dans nos champs !

Asclépiades, abutilons, renouées, phragmites. Au Québec, ces plantes sont considérées comme des « mauvaises herbes », surtout si elles poussent dans les champs voués à l’agriculture. 

Le seul moyen pour les maraîchers d’éradiquer le problème envahissant des plantes indésirables est celui d’engager du personnel dédié à leur extraction. Une activité pour laquelle il manque de plus en plus de main-d’œuvre et qui, disons-le, est difficile sur le plan physique, peu stimulante et redondante.

Une tête, trois bras et quatre roues

Muni de trois bras articulés extrêmement précis, d’un moteur hybride, de caméras et d’une intelligence artificielle capable de reconnaître avec justesse une panoplie d’herbes et de plantes nuisibles, le robot de Nexus Robotics promet de régler l’un des principaux soucis des agriculteurs.

De fait, l’engin parcourt les champs maraîchers en quête de mauvaises herbes à déraciner. Il peut travailler sans relâche, 24 heures sur 24, 7 jours par semaine, ne nécessitant que certaines maintenances occasionnelles. Les batteries électriques sont rechargées grâce au diesel et le robot est opéré à partir des bureaux même de Nexus Robotics. 

Une unité à elle seule remplace 5 à 5.5 hommes et possède une durée de vie de 10 ans. La main-d’œuvre, qui est malheureusement en déclin dans ce secteur d’activité, peut fort heureusement être réaffectée à des tâches plus enrichissantes et gratifiantes.

Le robot, qui allie les logiciels et la mécanique robotique, a maintes fois fait ses preuves dans les dernières années et est fin prêt à passer à la vitesse supérieure ; la commercialisation à grande échelle.

Une rencontre coup de cœur qui change tout

Luc Labbé a toujours fait le lien entre l’agronomie et l’alimentation, se disant que « les gens allaient toujours manger », et donc qu’une carrière dans ce domaine lui garantirait du travail pour la vie. Et avec raison, puisque l’homme, après ses études, a toujours œuvré dans ce secteur d’activité.  

C’est en 2018, toujours dans le domaine agroalimentaire, que des investisseurs de Nexus Robotics contactent M. Labbé.

Entrepreneur en série dans l’âme, il tombe véritablement en amour avec le projet de Nexus Robotics, ainsi qu’avec l’énergie des trois jeunes fondateurs ; deux ingénieurs et un agriculteur. Il entame ainsi le début de sa collaboration dans l’entreprise comme mentor et président-directeur général.

Le vent dans les voiles

Alors que le premier prototype de Nexus Robotics répondait à seulement 10% des besoins réels, le second passera tout l’été 2020 dans les champs où son efficacité atteindra 95%. Cette année-là, l’entreprise déménage au Québec pour se rapprocher de l’usine de fabrication.

Au début de l’été 2021, le robot est 25 fois plus rapide que le modèle précédent et sa qualité est appréciée alors que trois unités arpentent les champs de trois fermes différentes. Et ce n’est que le début, car Nexus Robotics se lance à la conquête de l’Amérique du Nord. De nombreuses démonstrations sont d’abord prévues au Québec et en Nouvelle-Écosse afin de séduire les agriculteurs et les convaincre de faire confiance à la technologie pour améliorer la culture de leurs champs.

Les robots requis seront assemblés au courant de l’hiver 2022 et seront disponibles pour la location dès le retour du beau temps. 

À l’heure actuelle, deux unités sont déjà réservées en Floride et l’entreprise a prévu se rendre en Californie au mois de mars prochain afin de rencontrer les maraîchers locaux. De cette façon, ils espèrent signer quelques contrats avec les producteurs américains.

D’ailleurs, l’ambitieuse entreprise prévoit placer 400 robots en location dans les champs du Canada et des États-Unis d’ici 2026. À ce rythme, il est fort probable que nous verrons prochainement quelques robots dans nos paysages ruraux.

Se propulser grâce à TRACTION

Nexus Robotics, par l’entremise de son PDG, fait partie de la première cohorte du programme TRACTION, propulsé par LE CAMP et Entrepreneuriat Laval grâce au soutien financier de Développement Économique Canada. Par le coaching personnalisé, l’entreprise revoit notamment tout le volet de ses ressources humaines et travaille sur l’acquisition de brevets. 

En outre, l’accompagnement lui a permis de revoir entièrement l’image de marque de l’entreprise. De nouvelles couleurs et un nouveau site Web ont émergé dans les derniers mois, ce qui a fait prendre conscience à l’entrepreneur que l’important, ce n’est pas uniquement le produit ou le service à vendre, c’est également comment il est vendu. Pour lui, il ne suffit donc pas que les robots soient performants, il faut également qu’ils aient fière allure dans les champs!

Enfin, Luc, qui s’assure de relayer ses nouvelles connaissances au reste de l’équipe, apprécie les nouvelles connexions et rencontres qu’il fait à l’intérieur du programme. Que ce soit les autres participants, les contacts pour le financement ou les aspects plus techniques, il estime que le programme est une mine d’or de ressources.

Élise Côté De L’Isle

La Compétition Microsoft, c'est maintenant !

Vous avez une startup de produit(s) technologique(s) ? Vous utilisez actuellement les services Microsoft Azure ou prévoyez le faire de manière importante dans la prochaine année ? Vous auriez besoin d’un coup de pouce pour propulser votre startup ? Soumettez votre candidature à la Compétition Microsoft, organisée par LE CAMP.

Vous pourriez faire partie des quatre grands gagnants qui se mériteront chacun une bourse de 25 000$ en crédits Azure ainsi qu’un accompagnement de 6 mois via le programme Accélération du CAMP.



En savoir plus !